Prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations

À l’assemblée générale annuelle de CASAE/ACÉÉA en 2012, les membres ont approuvé la création d’un prix pour l’ensemble des réalisations afin d’honorer les contributions exceptionnelles d’un individu, d’un programme ou d’une agence oeuvrant dans le champ de l’éducation des adultes au Canada. Les candidatures sont évaluées sur la base des succès universitaires, organisationnels et de développement de politiques. Pour être considérés pour l’évaluation, les dossiers doivent être complets incluant tout le matériel exigé à la mise en candidature.

Appel de candidatures pour le prix 2022

Date limite : le 21 mars 2022

CASAE image placeholder

2021 – ICÉA

L’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA depuis 2004) célèbre en 2021, 75 années de contribution active, non interrompues dans le champ de l’éducation des adultes, incontestablement une présence remarquable et remarquée au Québec, au Canada et à travers le monde. Né d’un comité de l’Association canadienne de l’éducation des adultes (CAAE) en 1936 pour faciliter les relations avec les associations canadiennes travaillant en français, l’ICÉA est devenu une association indépendante en 1946 et a obtenu sa charte en 1956. Une institution démocratique qui regroupe plusieurs réseaux et organisations du milieu de l’éducation des adultes, elle continue à ce jour sa mission de promouvoir avec énergie la recherche sur les enjeux de l’éducation des adultes, la création des outils andragogiques, menant à l’action participative et la défense des droits des apprenants adultes auprès des instances décisionnelles locales, nationales et internationales.

L’histoire de l’ICÉA (Institut canadien d’éducation des adultes entre 1956 et 2004) est caractérisée par différents points d’ancrage à travers les décennies. Entre 1946 et 1960 c’est une période de consolidation et de partenariat avec collèges et universités, les gouvernements, Radio et TV Canada, ainsi que les associations et groupes communautaires. En 1957, l’ICÉA devient membre fondateur de la Commission canadienne pour l’UNESCO (CCUNESCO). Entre 1960-69, l’ICÉA participe à la création des institutions publiques pour l’éducation des adultes. Ses interventions auprès de la Commission Parent (The Royal Commission on Education) visent à l’établissement d’un secteur pour l’éducation des adultes au ministère de l’Éducation aboutissant à la création de la Direction générale de l’éducation permanente. En collaboration avec CAAE une conférence est organisée pour déterminer un agenda pour la promotion de l’éducation des adultes et en 1964-65 l’ICÉA organise la première conférence de l’UNESCO au Québec.

Les années 70 sont une période de démocratisation et de changement social ayant trois priorités : le développement social des groupes marginalisés, la promotion de l’éducation populaire autonome ainsi que la démocratisation des institutions publiques. C’est aussi grâce aux efforts de l’ICÉA que la Commission d’étude sur la formation des adultes (CEFA) est lancée. Dans les années 80, l’ICÉA consolide son rôle et influence la mise en place de la reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) et crée des outils « Question de compétences » en collaboration avec ses groupes partenaires tel que « Relais-Femmes » et le Centre d’orientation et de formation pour femmes en recherche d’emploi (COFFRE). Un appui est aussi porté à la création du Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec (RGPAQ), actif à ce jour.

Dans les années 90, l’ICÉA est une force majeure pour l’inclusion des populations marginalisées et exclues dans la politique du gouvernement pour le développement du marché du travail en 1992, en organisant une Coalition des organisations communautaires et en les appuyant par ses recherches ciblées, ses rapports et ses représentations auprès des commissions parlementaires. C’est aussi le moment de la création des outils « Nos compétences fortes » pour la reconnaissance des personnes sans diplômes. Le travail de recherche et développement de ces outils continue toujours.

L’ICÉA milite pour l’adoption en 2002 de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue (PGEAFC). En adoptant un plan d’action dès 2002 avec la création de la Semaine québécoise des adultes en formation allant jusqu’en 2014, l’ICÉA atteint directement plus d’un million d’adultes dans 17 régions différentes du Québec tout en étant très actif à l’international au sein de IAALA (International Academy for Adult Learning Advocacy). Depuis 2015, les initiatives de recherches ciblées pour le développement des indicateurs de suivi autour les enjeux importants défendus par l’ICÉA consolident son travail en multipliant ses interventions basées sur des consultations et la recherche, pour appuyer le droit des adultes à l’apprentissage en particulier en cette période de pandémie. Ainsi, depuis 75 ans l’ICÉA a eu un impact évident sur des politiques publiques du Québec et l’excellence de ce travail est reconnue et appréciée à travers le mode.

J’aimerais ajouter quelques commentaires personnels sur le rôle remarquable que l’ICEA a joué dans la construction du mouvement mondial de l’éducation des adultes. L’ICEA était présente à la première Assemblée mondiale de l’éducation des adultes en Tanzanie en 1976. En 1985, l’ICEA a envoyé à la CONFINTEA une équipe complète qui a travaillé dans le sous-sol du siège de l’UNESCO à la création du document sur le droit d’apprendre, qui nous guide toujours dans notre travail mondial. Et bien sûr, notre ami intime Paul Belanger est devenu le directeur de l’Institut de l’apprentissage tout au long de la vie de Hambourg et l’architecte de la Conférence de Hambourg en 1997. Il est ensuite devenu président du Conseil international d’éducation des adultes et a dirigé la conférence de Belém en 2009, qui a donné naissance au Cadre d’action de Belém. Et l’esprit d’internationalisme persiste encore avec le merveilleux leadership du directeur général de l’ICEA, Daniel Baril, en tant que président du conseil d’administration de l’Institut de Hambourg pour l’apprentissage tout au long de la vie, l’organisme responsable de la prochaine CONFINTEA qui se tiendra au Maroc en 2022.

Je ne connais aucune autre organisation d’éducation des adultes dans le monde qui ait soutenu aussi efficacement sa communauté nationale d’apprentissage des adultes tout en jouant un rôle central dans notre mouvement mondial.

Vive l’ICEA

Budd Hall, le 6 juin 2021

CASAE image placeholder

2021 – Rachel Bélisle

La professeure Bélisle a incontestablement une carrière remarquable dans le champ de l’éducation des adultes. Le très grand nombre de ses contributions en recherche et en enseignement ont non seulement déjà marqué le champ, mais le marqueront de façon durable. Ses travaux portent principalement sur deux champs d’études: la reconnaissance des acquis et des compétences et les pratiques de l’écrit (lecture et écriture) des adultes. L’une des originalités de ces réalisations est d’avoir mis en lumière des objets de recherche qui se trouvent au croisement de la reconnaissance des acquis et des pratiques de l’écrit.

Depuis la réalisation d’outils andragogiques à partir des années 1980, jusqu’à ses récentes collaborations à l’échelle internationale, ses travaux ont eu un impact évident sur des politiques publiques au Québec, dans les milieux de pratiques et de la recherche. La professeure Bélisle a acquis une renommée internationale dans le domaine de la reconnaissance des acquis et des compétences. Aussi, par ses recherches, la professeure Bélisle, a notamment influencé les travaux du ministère de l’Éducation au Québec sur l’orientation ainsi que le maintien et le rehaussement des compétences en littératie des adultes sans diplôme.

Ces travaux ont comme fil conducteur des préoccupations de la professeure Bélisle pour la solidarité sociale, pour les adultes en situation de précarité et pour la création de contextes éducatifs favorables à leur apprentissage tout au long et au large de la vie. La professeure Bélisle a aussi apporté sa remarquable et généreuse contribution à la formation à la recherche sur ces objets en accompagnant les travaux de plus de 70 personnes étudiantes à la maîtrise ou au doctorat.

CASAE image placeholder

2021 – Leona English

La Pre Leona English est une spécialiste influente de l’éducation des adultes qui jouit d’une réputation internationale. Elle est une auteure prolifique et une chercheuse de premier plan dans les domaines du genre, de la criticité, de la santé et de la spiritualité. Ses travaux exhaustifs, ses publications dans des revues nationales et internationales de prestige et ses nombreux ouvrages ont marqué le domaine de l’éducation des adultes. Elle a publié dix livres, été la rédactrice invitée de quatre revues et écrit 36 chapitres et 70 articles évalués par un comité de lecture. Son érudition a été reconnue par les nombreux honneurs et prix qui lui ont été accordés, dont le Cyril O. Houle Award for Outstanding Literature in Adult Education à deux reprises. Son premier prix Houle lui a été décerné pour un livre rédigé en collaboration avec Peter Mayo, Learning with adults: A critical pedagogical introduction (Rotterdam: Sense Publishers, 2012) et le second prix Houle, pour Feminism in community: Adult education for transformation (2015), un livre rédigé en collaboration avec Catherine J. Irving.

La Pre English est titulaire de nombreux diplômes. Elle a obtenu son premier doctorat en 1994 en religion et éducation au Teachers College de la Columbia University (NYC) et son deuxième, en 2007, celui-là en éducation des adultes, à l’University of Technology, à Sydney, en Australie. Elle a terminé sa maîtrise en 1989 au St. Michael’s College à l’University of Toronto. Elle est aussi titulaire de deux diplômes de premier cycle : un B.A. et un B. Ed. de la Memorial University of Newfoundland, l’un en sciences religieuses et l’autre en enseignement secondaire.

Leona English est une chercheuse engagée et une membre active de la communauté universitaire, qui assume avec empressement et enthousiasme de nombreux rôles administratifs et de direction. Elle a été cheffe du département d’éducation des adultes à SFX pendant dix ans. L’ACÉÉA a énormément bénéficié de ses nombreuses années de service, comme en témoignent les mandats suivants qu’elle a su mener à bien : présidente de l’association, membre du comité pour le Prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations, membre du conseil d’administration, coordonnatrice pour l’Atlantique, membre de la Canadian Commission of Professors of Adult Education, coprésidente de plusieurs congrès tenus dans la région de l’Atlantique, présidente du comité pour le prix de recherche remis à un étudiant ou une étudiante, corédactrice d’actes de congrès, membre du comité du programme et présidente du comité de sélection des propositions soumises par des étudiants et étudiantes. Au sein de l’American Association for Adult and Continuing Education (AAACE), elle a assumé la coprésidence du GIS interculturel, en plus d’avoir été membre de la Commission of Professors of Adult Education pendant de nombreuses années.

Durant la période 2015-2016, Leona a travaillé pour l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (Hambourg, Allemagne) comme directrice des publications et comme membre de l’équipe responsable de GRALE 3 (Rapport mondial sur l’apprentissage et l’éducation des adultes). Elle a prononcé des discours d’ouverture remarquables, notamment à l’occasion du Cork Lifelong Festival (Cork, Irlande, 2016) et du Global Think Tank de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (2017).

2020 – Bill Fallis

Bill Fallis, Ph.D., a pratiqué avec excellence toutes les formes imaginables d’éducation des adultes, incarnant ce qu’il y a de mieux en la matière au Canada. Au cours de sa carrière exemplaire de professeur au George Brown College à Toronto, il a enseigné et supervisé des travaux communautaires et des stages, assumant plusieurs rôles de leadership tout en accordant son appui à l’ACÉÉA depuis sa création.

Bill a pratiqué toutes les formes imaginables d’éducation des adultes aux niveaux municipal, national et international et ce, dans toute une gamme de secteurs allant des Programmes d’éducation de base pour adultes au développement communautaire, à l’enseignement collégial et universitaire, à l’élaboration de programmes, en tant que chercheur et évaluateur, jusqu’à la coordination de projets internationaux.

Bill a été chargé de projets auprès du ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l’Ontario au milieu des années 2000, poste qu’il occupe de nouveau depuis 2017. À ce titre, il a dirigé les projets d’examen et de développement des normes pour plus de 20 programmes de collèges communautaires. Sur la scène internationale, Bill a travaillé pour le Secrétariat du Commonwealth à Samoa, en Jamaïque et à Sainte-Lucie à titre de consultant pour les programmes d’éducation de base pour adultes et, plus tôt au cours de sa carrière, en Indonésie en tant que bénévole pour Jeunesse Canada Monde. Le bénévolat est dans son ADN.

Bill a occupé divers postes de direction au sein de l’ACÉÉA depuis sa participation au congrès d’inauguration de l’association à Montréal il y a près de quarante ans. Il a été trésorier national, président, membre du comité des Prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations, coordonnateur local de congrès, représentant de l’Ontario, membre du conseil d’administration et coordonnateur du comité des services aux membres. À partir de 2000, il a été un membre clé du Peace Group de l’ACÉÉA, qui a organisé des événements à l’OISE et présenté des exposés à divers congrès de l’ACÉÉA. Il fait toujours des présentations avec d’autres personnes, ce qui montre la valeur qu’il accorde à la collégialité dans le monde universitaire. Plus important encore, il a joué un rôle de négociateur informel pendant des périodes de transition stratégiques pour l’ACÉÉA : en lien avec le financement de la revue, le rétablissement du statut d’organisme de bienfaisance auprès de Revenu Canada, l’embauche d’un organisateur professionnel et le rétablissement de notre secrétariat au sein de la Société canadienne pour l’étude de l’éducation. Bill poursuit sa précieuse collaboration à titre de membre du conseil d’administration, notamment en veillant à ce que les voix des étudiants et des praticiens continuent d’être entendues. Les archives de l’ACÉÉA sont enrichies par les magnifiques photographies qu’il a prises lors de la plupart des congrès annuels et qu’il a généreusement partagées avec les membres.

Porte-étendard de l’éducation des adultes et de l’ACÉÉA, Bill Fallis a aussi souvent joué un rôle de leader dans l’ombre qu’au front, ce qui est la marque d’un véritable formateur d’adultes.

2020 – Shahrzad Mojab

Shahrzad Mojab, Ph. D., a mené une brillante carrière dans le domaine de l’éducation des adultes, tant au Canada qu’à l’étranger. Ayant considérablement influencé l’orientation de la discipline, le travail de la Pre Mojab démontre son extraordinaire implication dans la promotion de l’énorme potentiel de l’éducation des adultes pour faciliter les changements sociaux.

Depuis 1996, elle occupe un poste de professeure et des rôles de direction dans le programme Éducation des adultes et développement communautaire de l’OISE/University of Toronto où elle a supervisé 16 thèses de doctorat dûment complétées et des dizaines de mémoires de maîtrise. Elle a été membre du bureau de direction de l’ACÉÉA, dont elle a été présidente pendant trois ans, et a fait partie des comités de rédaction de revues suivantes : Adult Education Quarterly, Studies in the Education of Adults, Revue canadienne pour l’étude de l’éducation des adultes, Revue internationale de l’éducation : Annales de l’apprentissage tout au long de la vie et Convergence.

Dans ses publications, qui sont fondées sur ses recherches au Moyen-Orient, en Europe et au Canada, la Pre Mojab préconise une meilleure compréhension de l’éducation tout au long de la vie comme un outil clé pour la mobilité sociale, la participation politique, la prospérité économique et la paix en accordant une attention toute particulière aux femmes, aux immigrants et aux réfugiés. La Pre Mojab plaide pour le développement d’approches nouvelles et critiques en éducation, notamment dans ses huit ouvrages et la cinquantaine de ses articles parus dans des revues de prestige avec comité de lecture. Ses contributions comprennent en outre des façons créatives de diffuser le savoir, comme les documentaires, les arts visuels, la danse et le théâtre, autant de moyens ayant recours à des modèles d’enseignement et d’apprentissage participatifs/coopératifs.

2019 – Jim Sharpe

Jim Sharpe, Ph. D., est un membre actif de l’ACÉÉA depuis 1983 et il occupe actuellement, au sein du bureau de direction, le poste de trésorier de notre association. Tout au long des années 1980 et 1990, Jim a joué un rôle clé au sein de l’Association pour l’éducation permanente dans les universités du Canada (AÉPUC) tout comme dans l’organisation d’événements régionaux dans le Canada atlantique dans le cadre de son poste au Département de l’éducation permanente à la St. Mary’s University. Au cours de cette période, il a travaillé à la mise sur pied de l’Atlantic Popular Education Network en étroite collaboration avec Michael Welton, alors président de l’ACÉÉA. Nommé ensuite doyen de la Faculté d’éducation à la Mount St. Vincent University, il a exercé un important rôle de chef de file au sein de l’Association canadienne des doyens et doyennes d’éducation. Une autre contribution de Jim à l’avancement de l’éducation des adultes au Canada a été son engagement au sein du Conseil canadien sur l’apprentissage et de l’Adult Learning Knowledge Centre à l’University of New Brunswick où il a présidé le comité sur la mobilisation du savoir de 2006 à 2009. Au cours des trois dernières décennies, Jim a été un pilier de notre association en présentant ses recherches à de multiples occasions à l’étranger, en organisant des congrès pour la région Atlantique et en défendant nos intérêts auprès du Conseil des ministres de l’Éducation (Canada).

2017 – Shauna Butterwick

C’est par l’apprentissage et la pratique, que ce soit en qu’infirmière en santé sociale ou intervenante dans un centre de ressources pour femmes, que Shauna en est venue à s’intéresser à l’éducation des adultes. Elle a, au cours des 40 ans de carrière, enseigné à des adultes au Douglas College, à la Simon Fraser University et à l’UBC. Puisant dans l’éducation populaire et la pédagogie féministe, elle a développé une méthode d’enseignement efficace et créative.

Son approche en matière de recherche, auprès des étudiants, des membre du corps professoral, des travailleurs communautaires et des ONG, a donné naissance à des communautés de découverte inclusives un peu partout au Canada et ailleurs, comme en Inde, au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Plus d’une centaine de ses publications portent sur l’apprentissage et les mouvements sociaux et informels ainsi que sur les recommandations en matière de politiques pour les groupes marginalisés du point de vue économique, social et politique, notamment les femmes.

Tout au long de sa carrière, elle a co-créé du savoir de concert avec des organisations communautaires et a été un pilier dans le travail de l’ACÉÉA. Ce prix salue sa contribution généreuse et fidèle à la tradition de réflexion et d’action propre à notre domaine en faveur d’une société plus juste.

2017 – Maurice Taylor

Depuis plus de 35 ans, Maurice est, en tant que praticien et chercheur, le porte-drapeau de l’éducation des adultes. Son enseignement à l’Université d’Ottawa témoigne de sa passion, ses travaux ont attiré du financement pour ce domaine et ses publications, plus de 150, ont inspiré des manuels, de conférences universitaires, des colloques nationaux et internationaux et des consultations gouvernementales.

En plus d’offrir de la formation et du perfectionnement professionnel à des praticiens en milieu de travail, il a fait appel à eux pour mener des recherches axées sur l’élaboration et la mise en place de solutions sur le terrain. Il a contribué activement à l’ACÉÉA et à d’autres organisations et partenariats, dont la National Indigenous Literacy Association of Canada, Ningwakwee et des programmes liés à des logements sociaux et à des groupes de travailleurs accidentés. Il a aidé à mettre sur pied le Secrétariat national à l’alphabétisation et mentoré des chercheurs et des praticiens en littératie à l’échelle locale, nationale et internationale.

Ce prix souligne l’excellent travail de Maurice au service des personnes exclues des systèmes d’éducation formels et, de ce fait, son apport à la démocratisation de l’éducation des adultes au Canada.

2016 – Arpi Hamalian

Défenseure multilingue de l’éducation permanente, Arpi Hamalian se distingue aussi comme professeure, praticienne, leader universitaire et érudite. Elle assure par ailleurs le rôle de mentore ainsi que de directrice de stage, de mémoire et de thèse auprès d’étudiants et étudiantes – plus de 300 jusqu’ici – en andragogie. Dans le cadre de ses travaux, elle s’est vu octroyer de multiples prix à l’échelle locale, nationale et internationale. Ayant commencé sa carrière universitaire à Concordia en 1974, elle a créé les programmes de certificat, de mineure et de baccalauréat en andragogie en 1979 et instauré le diplôme de 2e cycle en andragogie ainsi que les concentrations à la maîtrise et au doctorat. Elle a joué un rôle majeur dans le domaine de l’éducation des adultes en lien avec des organismes responsables de l’élaboration de politiques dans 21 pays – en Amérique Nord, en Europe, en Asie et en Eurasie – et assumé la direction de fédérations et syndicats de professeurs. Elle a contribué à la mise en place d’initiatives en matière d’éducation rurale destinées à des femmes, incluant des groupes d’immigrantes et de réfugiées au Canada, qui deviennent déqualifiées en raison de l’évolution de la technologie ou qui sont déplacées par les guerres et les tremblements de terre. Ses travaux et ses publications sur les associations féminines d’épargne différée dans de nombreux pays ainsi que sur les programmes d’éducation offerts dans les camps de réfugiés sont très connus dans divers réseaux, axés sur l’andragogie et multidisciplinaires.

2015 – D’Arcy Martin

D’Arcy Martin recevant son prix des mains de Shauna Butterwick à l’assemblée générale de l’ACÉÉA en 2015.

D’Arcy Martin est reconnu pour sa pratique, son leadership et sa recherche sur l’éducation syndicale au Canada. Il a su amener au sein d’une variété d’organisations non-gouvernementales des pratiques d’éducation populaire et de justice sociale. Il a aussi joué un rôle majeur dans le développement de politiques et a occupé des postes de leadership en éducation syndicale au sein du mouvement syndical canadien dans des organisations telles que United Steelworkers; Communication, Energy and Paperworkers; Service Employees International Union et l’Alliance de la fonction publique du Canada. Il a beaucoup écrit sur l’éducation syndicale, dont entre autre le livre Thinking Union, considéré jusqu’à maintenant comme l’ouvrage qui nous a le plus éclairés en ce qui concerne l’éducation syndicale au Canada.

2015 – Budd Hall

Budd Hall est reconnue à travers le monde pour ses contributions à la recherche participative et ses études sur l’apprentissage au sein des mouvements sociaux. Il a travaillé avec le Conseil international d’éducation des adultes (ICAE) comme officier à la recherche et plus tard comme secrétaire général. Il a joint le Department of Adult Education à l’Ontario Institute for Studies in Education (OISE) en 1991, en a été le directeur de 1993 à 2001 et a aidé à établir le Transformative Learning Centre de l’OISE. Il a été doyen à la Faculty of Education de l’University of Victoria et suite à cela a créé l’Office of Community-Based Research et en est devenu le premier directeur. Il est présentement professeur au Community Development department à l’University of Victoria et est co-directeur de la chaire de l’UNESCO: Community-Based Research and Social Responsibility in Higher Education.

2014 – Allan Quigley

Toute la carrière d’Allan Quigley a été dédiée à l’éducation des adultes — particulièrement à la littératie des adultes. Avec un baccalauréat de l’University of Regina, il a été bénévole pour CUSO en 1967 et a enseigné l’anglais langue seconde dans une école gouvernementale pour garçons pendant trois ans. De retour en Saskatchewan, il a complété sa maîtrise en anglais et a enseigné la littératie dans le nord de la Saskatchewan de 1972 à 1973. Ces deux expériences formatrices l’ont amené à dédier sa vie à la littératie des adultes. Il a aidé à développer les nouveaux collèges de Saskatchewan.

Qui sommes-nous

CASAE/ACÉÉA a joué un rôle actif dans la reconnaissance de l’éducation des adultes comme un domaine d’études et de pratiques, tant sur le plan canadien qu’international.

Nous joindre

260, rue Dalhousie
Bureau 204
Ottawa (Ontario) K1N 7E4

Téléphone : (613) 241.0018
Télécopieur : (613) 241.0019
Courriel : casae.aceea@csse.ca

© Droit d’auteur 2020 CASAE - ACÉÉA | Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Site Web par Windrose Web Design